LE MOBILIER SYRIEN

La Syrie est avec le Maroc et l’Egypte, l’un des grands foyers de l’artisanat traditionnel arabe, dans la continuité d’un passé prestigieux.Dans la langue française, Damas n’est pas que le nom d’une ville, mais aussi le nom d’une étoffe et même d’une épée. Deux verbes se rapportent également à Damas : damasser et damasquiner. Peu de villes au monde ont un nom aussi lié à leur artisanat.

 Les incrustations de bois se sont répandues d’Egypte et de Syrie auIXème et Xème siècles vers le Maroc et l’Espagne à l’ouest, et vers l’Iran et l’Inde à l’est.

 Le mobilier était autrefois réduit dans les maisons. Des niches dans les murs, des coffres, des plateaux et des divans suffisaient à la plupart des besoins. Avant le XVIIIème siècle, les chaises et les fauteuils étaient réservés aux personnalités importantes. A partir du XIXème siècle, un mobilier “oriental” original avec incrustations de nacre (“moussaddaf”) s’est répandu dans les grandes familles avec des sièges, des tables, des armoires, des miroirs, etc. Ces meubles avaient cessé d’être à la mode dès avant le milieu du XXème siècle et leur production avait complètement cessé, quand un regain d’intérêt se manifesta surtout de la part d’une clientèle du Golfe et d’émigrés.

    Des hommes,des femmes et des enfants dans un atelier fabriquant du mobilier orné de "marqueterie de nacre" à Damas au début du XXe siècle.

 


Commode à 5 tiroirs,incrustée de nacre, filet d'étain, d'os et d'acajou.

Syrie XIXe siècle


Beau coffre ancien syrien,fin XIXe siècleEn bois incrusté de nacre et d'écaille.





Paire de chaises pliables en bois et nacre.

Syrie,fin XIXe siècle



Rahlé

Porte Coran en bois incrusté de nacre, fil d'étain et d'os,à décor floral.

Damas vers 1900.


Écrire commentaire

Commentaires: 0